Revenir aux résultats de recherche Imprimer cette page

Atlas de la démographie médicale en France - Situation au 1er janvier 2016

"Le Conseil National de l’Ordre des médecins publie aujourd’hui le 10ème Atlas national de la démographie médicale, réalisé par sa section Santé Publique et Démographie Médicale. Cette publication met en évidence l’importance d’une analyse globale des territoires, des groupes de spécialités et des modes d’exercice. Cette triade permet de repérer des territoires potentiellement en danger. L’Atlas de la démographie médicale recèle des enseignements qu’il convient d’avoir à l’esprit alors que la question de l’accès équitable aux soins, en tout point du territoire, est plus que jamais d’actualité.

285 840 médecins étaient inscrits au tableau de l’Ordre au 1er janvier 2016. Sur la période 2007/2016, si le nombre de médecins en activité régulière reste stable (-0,4%), le nombre de médecins retraités est en forte augmentation (+87,7%). Cet état de fait a un impact significatif sur la spécialité de médecine générale. Alors que les spécialités médicales et chirurgicales voient, dans l’ensemble, leurs effectifs augmenter (avec quelques exceptions toutefois), les effectifs de médecins généralistes sont les premiers touchés par le nombre important de départs en retraite. Ils connaissent une chute inexorable, et ce, de manière préoccupante puisque cette chute devrait se poursuivre jusqu’en 2025 et pourrait se traduire par la perte d’un médecin généraliste sur quatre sur la période 2007-2025".

"En termes de modes d’exercice, on constate un équilibre entre médecins salariés (45,8%) et libéraux exclusifs (43,9%). Les 10,3% des médecins restant allient exercice mixte entre libéral et salarié. L’exercice libéral n’est pas délaissé par les jeunes médecins : s’il est vrai que, lors de leur première inscription à l’Ordre, seuls 10,8% font le choix de l’installation, une étude de cohorte de 2008 montre, qu’après quelques années, ce taux remonte sensiblement, 33,3% des inscrits de 2008 exerçant en libéral en 2016. Ce constat vient confirmer une tendance qui se dégage avec régularité depuis que l’Ordre a commencé à étudier cet indicateur, depuis 5 ans".